Tout à l’heure après le déjeuner, j’aidais à essuyer la vaisselle en souillarde. Alors que l’on venait de finir de s’occuper des couverts d’un panier et en attendant que le panier suivant ait fini son tour de machine à laver, je suis sortie quelques instants dans la pièce commune pour m’éloigner du bruit et mon regard s’est perdu à travers les fenêtres. S’en est suivi un de ces moments si spéciaux… Les connaissez-vous aussi ?

J’ai soudainement vécu l’instant présent de manière extérieure à ma vie. Comme si je sortais d’un songe de longue durée, un clignement des yeux a suffi à lancer le mécanisme : ces lieux, ces bâtiments, ces arbres, ces meubles, c’est comme si je les découvrais pour la première fois. Alors que je ne les regardais plus vraiment depuis des mois, chaque détail a attiré mon attention comme au premier jour. L’espace temps s’est figé, je n’avais plus conscience de la présence d’autres personnes autour de moi. Je me suis demandé si la Vie est réelle, si la réalité ne résidait pas en cet instant de lucidité et si j’allais replonger dans le rêve quelques instants plus tard sans garder souvenir de ce moment de conscience.

Et puis le lave-vaisselle s’est arrêté, me happant de nouveau dans ma vie d’hivernante.

Liste non exhaustive …

… des choses qui vont indéniablement me manquer quand je quitterai cette île :

  • Descendre de Géophy le soir pour aller dîner, et entendre les cris des otaries résonner dans la nuit,
  • Pouvoir laisser la porte de chez soi constamment ouverte, ou les clés sur le véhicule dehors,
  • Ne jamais craindre qui que ce soit même en se baladant au beau milieu de la nuit ou en dormant à la belle étoile en pleine Nature ; je me rappelle avec nostalgie de mes premières semaines sur Ams où je trouvais particulièrement « anxiogène » la montée à Géophy de nuit, avec le bruit des portes des mansardes claquant au vent et l’obscurité poussée. À chaque fois, je réalisais avec bonheur après un instant que personne ne pouvait possiblement surgir de nulle part pour m’agresser, que j’étais en sécurité,
  • La vue quotidienne sur l’océan d’un côté et les cratères volcaniques de l’autre,
  • Pouvoir courir sous la pluie en maillot de bain en plein hiver sans jamais attraper froid ; bon je n’ai pas été jusque là tout de même, mais le fait est qu’il est absolument magique de pouvoir faire tout ce que l’on veut sans jamais tomber malade. En métropole, j’aurais attrapé au moins 5 rhumes dans les mêmes conditions cette année,
  • Être témoin d’arcs-en-ciel à tout va, en sortant de Géophy, en sortant de Pointe B (hier encore, un arc entier), au-dessus des cratères, tombant dans l’océan, partout, tout le temps,
  • Manger au resto tous les jours, quand même !
  • Aller boire le thé à la poste,
  • Aller manger du chocolat à l’hôpital,
  • Les PUPS ! Les pups, les pups, les pups 😥
  • La confiance que m’accordent certaines otaries sur le chemin de Pointe B, ne bougeant plus d’un poil lorsque je passe à quelques centimètres d’elles allaitant leur petit, et me regardant juste avec leurs grands yeux doux,
  • Les pups…
  • Marcher 1h pour aller/venir au travail, à travers rien d’autre que la Nature, le silence, les oiseaux et les vagues,
  • Les scenarii catastrophe qui occupent parfois mon esprit sur le chemin de Pointe B et me font bien sourire au final : je m’imagine découvrant un bateau au loin, s’approchant de la base, l’attaquant, j’imagine alors comment j’essaierais de me réfugier à Pointe B, de joindre les TAAF en urgence pour les avertir, de sauver tout le monde. Mais évidemment, jamais un bateau n’a pointé le bout de son nez à l’improviste x) (Note de moi-même en relecture de cet article avant de l’envoyer, plusieurs jours plus tard : figurez-vous que c’est arrivé hier ! Je vous en parlerai prochainement) (un bateau imprévu hein, pas une attaque armée) ( ..)
  • Les nuits étoilées et la Voix Lactée,
  • Les pups et les otaries T__T,
  • La créativité forcée, poussée par l’isolement et le peu de ressources disponibles, dont nous avons pour beaucoup fait preuve tout au long de cet hivernage,
  • Les gens. Avoir du monde en permanence autour de soi, tout en pouvant s’isoler quand le besoin s’en fait sentir. Avoir constamment des amis à portée de voix pour parler, rire, jouer, partager, se prendre dans les bras, ou juste être là.

To be continued.

Chose promise depuis longtemps, voici en photos la présentation de mes deux lieux de travail : Géophy sur base et Pointe B à plus ou moins deux kilomètres de là !

00_locaux
Localisation des deux bâtiments.

Géophy

Le Bâtiment Géophy est le deuxième plus haut (en altitude) de la base après la Mosquée (traitement des eaux de pluie). On y trouve les bureaux de tous les VSC IPEV : l’ornitho-éco (Marine), le géner (Boris), le magné-sismo-info (Quentin), le CO2 (Guillaume), et le mercure (moi-même). On y trouve aussi, d’OP3 à l’OP1 suivante, le VSC ornitho (Nicolas qui nous a quitté en Avril dernier).

Porte à porte et en marchant, de Géophy au Sterne (bâtiment où se trouve ma chambre ainsi que celles des autres VSC IPEV), il faut compter 2min15 ! Notez que le sens est important, du Sterne à Géophy ça monte, et il me faut donc rajouter 18 secondes au compteur 😀 (NB : ces valeurs ont été chronométrées avant la reprise du sport à l’OP2, je suis sûre que j’ai gagné quelques centièmes depuis !)

En plus des bureaux (une pièce partagée par Marine, Boris et Quentin, et une autre pièce pour Guillaume et moi), on trouve à Géophy un labo de développement photo argentique, un labo de chimie, une salle blanche de chimie, un atelier, un salon avec une mini cuisine, des WC (woohoo), et une mini salle où l’on peut produire de l’eau « milliQ » pour la chimie.

Prêts pour la visite guidée ? Let’s go 🙂

01_dsc_6124
Entrée de Géophy.
02_dsc_5977
Premier pas dans le bâtiment, tout en longueur ! La première porte à gauche donne sur l’atelier, alors que celle à droite donne sur le bureau de Quentin, Boris et Marine. Plus loin sur la gauche, l’accès au labo photo, à la salle blanche et à la salle d’eau milliQ via une seule porte, et plus loin sur la droite l’accès d’abord aux WC, puis au salon et ensuite à la salle internet. Enfin, tout au fond dans l’axe du couloir, notre bureau à Guillaume et à moi, depuis lequel on peut accéder au labo de chimie sur la gauche.
03_dsc_5978
Mais avant toute chose, si vous venez de passer en tracteur devant les shelters magnétisme de Quentin tous proches d’ici, il faut inscrire vos horaires sur cette feuille à l’entrée ! Car rappelez-vous, le passage de véhicules interfère dans les mesures du champ magnétisme terrestre faites en continu ici à Ams.
04_dsc_5975
Premier stop dans le bureau des vétérans 😀 Le poste de travail de Marine (27 ans) tout à droite, et celui de Boris (29 ans) à gauche.
05_dsc_5976
Pour terminer, celui de Quentin (26 ans) !
06_dsc_5845
Voici maintenant l’atelier de Géophy, où Boris bricole pas mal. C’est ici qu’il a confectionné la nouvelle plateforme pour mon photomètre il y a quelques mois par exemple. C’est aussi ici que nous fabriquons beaucoup de cadeaux d’anniversaire personnalisés en gravant du verre, du bois, en construisant des jeux ou autres objets. On trouve aussi dans cette salle la baie informatique du serveur IPEV, dont s’occupe Quentin.
07_dsc_5974
En avançant un peu dans le couloir, sur la gauche on découvre les cartes IGN des trois districts subantarctiques des TAAF. Kerguelen à gauche, Crozet au centre, et Ams à droite !
08_dsc_0175
Au même niveau mais sur le mur d’en face… la porte des WC ou, pardon, du trône 🙂 Vous n’en verrez pas plus, gardons un peu d’intimité dans cet article « secret storien » à l’intérieur de Géophy !
09_dsc_0174
Petit aperçu progressif du couloir, avec ce premier tableau d’affichage regroupant pas mal de photos de passations entre les équipes de VSC IPEV des missions successives (la passation 66-67 de l’été dernier est en N&B en bas à gauche).
10_dsc_0173
Un peu plus loin sur la gauche, des cartes postales reçues des autres districts, des news scientifiques accrochées par les uns et les autres, le planning de la Grosse Bertha (équivalent de la Petite Marie mais uniquement pour les VSC IPEV, pour nettoyer Géophy et le Sterne. Chaque mois deux d’entre nous sont chargés du ménage), une feuille que Marine a posée pour qu’on y inscrive les numéros de bagues d’otaries qu’on croise lors de nos balades, etc 🙂
11_dsc_5830
Entrée du labo photo !
12_dsc_5831
Tadaaam, Lumières rouges, pinces à linge et bains de trempage, c’est ici que nous développons les pellicules de nos appareils argentiques. Devenue simple loisir aujourd’hui, cette activité était à l’origine totalement intégrée dans certains programmes scientifiques comme le photo-comptage des albatros du programme de Marine (maintenant passé au numérique).
13_dsc_5832
Les produits de développement et le papier photo n’étant plus de toute jeunesse, nous avons du mal à obtenir de bons contrastes et réalisons des séries de tests sur de vieux négatifs.
14_dsc_5833
Côté impression sur papier 🙂
15_dsc_5834
Voici maintenant la salle blanche, que j’utilise depuis l’OP2 et jusqu’à l’OP3 seulement dans le cadre de nouvelles mesures liées au mercure. Il s’agit d’un appareil installé en extérieur à Pointe B, contenant un filtre à travers lequel de l’air atmosphérique est pompé. Toutes les semaines je vais changer ce filtre qui s’est chargé en particules et je le ramène ici en salle blanche pour le conditionner proprement et le stocker ensuite au congélateur avant qu’il ne soit renvoyé en métropole pour analyse lors d’une prochaine OP.
16_dsc_5920
Pour éviter toute contamination de l’échantillon à la fois avant sa mise en place et après son retrait de l’appareil à Pointe B, je stérilise systématiquement tous les ustensiles qui me servent à manipuler le filtre dans ce stérilisateur UV. Il est ici en fonctionnement, et on peut observer ce qu’il se passe à l’intérieur (pas grand chose pour tout vous avouer… ! :p) à travers une petite vitre protégée.
17_dsc_5836
Pour finir dans ce petit coin de Géophy, voici la mini-salle de fabrication d’eau milliQ. Pour travailler en laboratoire de chimie, il me faut de l’eau ultra-pure. Les marins me fournissent de l’eau distillée produite à la Mosquée à partir de l’eau de pluie, et je lui fais ensuite subir un traitement supplémentaire ici où elle passe à travers de nouveaux filtres (en train de sécher sur la table sur la gauche). En résulte une eau dénuée de tout élément ou particule, surnommée « milliQ » d’après la marque de l’appareil.
18_dsc_0168
Retour dans le couloir puis en face, ou l’on trouve la « salle internet », nommée ainsi car on y trouve l’un des seuls ordinateurs reliés à internet sur la base. Il est actuellement en panne et il nous faut donc nous rendre au BCR, le Bureau des Communications Radios, pour avoir accès au web.
19_dsc_0161
Last but not least, tout au bout du couloir… le bureau des pompeurs d’air !
20_dsc_0159
Toujours bien rangé (oui, ces béquilles trainent ici depuis le mois de Mai) (le papier bulle date de l’OP1 en Avril :)).
21_dsc_0162
Sur la droite, le bureau de Guillaume, et sur la gauche le mien ! La vue par la fenêtre donne sur la base en contrebas et sur la mer au fond.
22_dsc_0163
Ce troisième bureau était utilisé jusqu’à l’an dernier par le deuxième VSC mercure, mais comme je suis seule sur le poste cette année il est vacant. La porte donne sur mon laboratoire de chimie.
23_dsc_0164
Photo (prise en Juin, voyez depuis quand j’avais prévu de faire cet article hm) de mon tableau d’organisation des maintenances régulières.
24_dsc_0165
Labo de chimie, où j’effectue principalement le lavage des entonnoirs du pluviomètre, des porte-filtres du mercure, et le conditionnement des filtres qui vont avec.
25_dsc_0166
Il y a une dernière partie de Géophy que je ne vous ai pas encore montrée. Depuis cette vue opposée à celle du début d’article, prise depuis l’entrée de mon bureau, la pièce en question se situe sur la gauche au niveau du second rai de lumière au sol (le premier étant la salle internet).
26_dsc_0167
Détails en passant, les missions précédentes se sont données niveau déco !
27_dsc_0169
Et voilà pour la fin ! La salle commune de Géophy, lieu de dégustations hautement culinaires (voyez par vous-même sur le bar), de pauses thé et d’apéros improvisés.
28_dsc_0170
Un plafond et des murs superbement décorés, la radio fixe dans le coin à droite, de la lumière rouge d’ambiance,
29_dsc_0171
des photos de missions « VSC IPEV »
30_dsc_0172
et des souvenirs de missions précédentes dans tous les coins, même dans la cuisine !

Et voilà, vous avez fait le tour quasi complet de Géophy, comme si vous y étiez ! Je vous emmène maintenant à 30 minutes de là, au niveau de la station atmosphérique de Pointe Bénédicte.

Pointe B

Je mets en général 25 minutes pour me rendre à pied du BCR (où j’inscris mon nom sur le tableau des sorties hors base et j’emprunte une radio) jusqu’à Pointe Bénédicte.

Je peux même être légèrement plus précise et vous confier (Guillaume m’a fortement conseillé de ne pas l’écrire ici pour ne pas révéler au monde entier à quel point je peux être étrange parfois) qu’il y a exactement 2746 pas entre la porte d’entrée du Sterne et la porte d’entrée du bâtiment principal de Pointe B 🙂

..

OUI, j’ai compté, et OUI j’assume haha. Il faut bien varier les occupations sur ce trajet pluri-hebdomadaire ! Hm. (anciens VATs passant par là, rassurez-moi, je ne suis pas la seule ?)

Si vous avez pris le forfait double pour la visite guidée, il est temps de me suivre par ici aussi 🙂

31_dsc_5667
À côté de la porte d’entrée du bâtiment principal. Bénédicte Ardouin et Jean-Marie Ascensio font partie des pionniers des mesures de CO2 à Amsterdam. La première faisait partie de l’équipe de scientifiques qui a lancé le programme d’étude de ce gaz à effet de serre ici, et le second a été le premier VSC à effectuer ces mesures en continu en 1980 (non-stop depuis). Toute l’enceinte de Point B est classée « non-fumeur » afin d’éviter d’affecter les mesures atmosphériques dont l’air est prélevé sur les toits des bâtiments et en haut du mât de 25 m.
32_dsc_5659
Lorsque l’on rentre dans le bâtiment principal, on se trouve dans un tout petit couloir au bout duquel sont stockées des bouteilles de gaz (ici des bouteilles d’argon qui me servent pour mon analyseur de mercure atmosphérique). Sur la gauche, non visibles sur la photo, se trouvent deux portes.
33_dsc_5660
La première porte à gauche donne dans cette salle où se trouvent tout d’abord les deux analyseurs d’ozone : l’ancien à droite, présent sur Amsterdam depuis très longtemps, et le nouveau à gauche que j’ai réceptionné à l’OP1 dernière.
34_dsc_5662
Dans cette même salle on trouve ensuite l’installation de mesure du radon, basée sur la radioactivité de cet élément naturellement présent dans l’atmosphère. C’est Guillaume qui s’occupe de cet appareil-ci.
35_dsc_5665
Au fond de la pièce se trouve une porte donnant sur une petite salle de repos, dans laquelle se trouve (à droite) un super-onduleur/batterie qui secourt nos instruments lors de coupures générales de courant (volontaires ou accidentelles), et aussi pas mal de chocolats et encas en tous genres 🙂
36_dsc_5666
Voici à présent la troisième et dernière pièce du bâtiment principal, la deuxième porte à gauche dans le couloir. On y trouve à gauche / au centre les Picarros, instruments de mesure des gaz à effets de serre de Guillaume, et à droite / en bordure de photo le Tekran, mon appareil de mesure du mercure.
37_dsc_5658
Comme pour l’ozone, Guillaume possède deux appareils de mesure des GES : un plus ancien à droite, et un autre à gauche qu’il a reçu à l’OP3 dernière.
38_dsc_2542
Le petit coin mercure, que j’ai tenté de décorer un peu cette année avec des photos de tous les anciens VDC ayant travaillé sur le programme ainsi qu’avec ma BD explicative du cycle du mercure atmosphérique.
39_dsc_5656
Depuis les petites mésaventures que nous avons eues il y a quelques mois avec les souris voraces dévoreuses de matériel, nous avons protégé au mieux ce dernier en le rangeant dans des boites anti-souris ! x)
40_dsc_2706
Pour finir avec le bâtiment principal, voici sur son toit l’arrivée de la ligne de prélèvement d’air de l’analyseur de mercure. C’est ici que je viens changer deux fois par mois un petit porte-filtre que je ramène ensuite au laboratoire de chimie de Géophy.
41_dsc_5670
Passons maintenant au second bâtiment de la station, bien plus petit que le premier : il ne contient qu’une seule pièce !
42_dsc_5673
Le nom de ce petit abri est gravé dans son entrée : Kinoupompler ! On aime bien les jeux de mots à Ams (si vous avez bien suivi les articles Entrecasteaux vous avez remarqué que la cabane ornitho s’y appelle Tonku, ce qui donne lieu à de bien jolies phrases aux comm’ radio le soir telles que « je viens d’aller prendre ma douche dans Tonku »), et celui-ci s’explique par le fait que c’est dans ce bâtiment que Guillaume met l’air pur d’Amsterdam en flacons.
43_dsc_5671
En effet, en plus d’analyser l’air directement sur place avec ses Picarros dans le bâtiment principal, Guillaume effectue aussi des prélèvements d’air dans des flacons en verre qu’il ferme ensuite hermétiquement et envoie à son laboratoire en métropole. Ils y analysent là-bas différemment les composants atmosphériques. Il a pour cela deux appareils complémentaires : à gauche sur la photo, le Crapaud (nommé ainsi car au départ, avant la mise en place d’un filtre en entrée de ligne, il gobait autant de mouches que d’air dans les flacons) permet un prélèvement d’air semi-automatique qui peut se faire sans que Guillaume ne soit sur place. Au fond, au niveau de la grosse boite noire sur la table, se trouve une installation de prélèvement d’air manuel, qui nécessite cette fois la présence de Guillaume.
44_dsc_4908
Der des der, voici ce dont je vous parlais tout à l’heure dans la salle blanche de Géophy : le pompage d’air à travers un filtre que je change toutes les semaines et conditionne avec le matériel stérilisé. Ce préleveur d’air est installé pour quelques semaines seulement sur la terrasse de Kinoupompler, qui servait jusqu’à il y a quelques années de dalle soutenant un préfabriqué. Je l’ai installé à l’OP2 et le démonterai à l’OP3 fin Novembre.

La visite s’achève ici, si vous l’avez appréciée je vous emmènerai sûrement faire un tour dans le Skua, bâtiment de vie commune sur la base. Tableaux de missions, salle de cinéma et cuisines seront au programme !

On se quitte avec deux petites photos d’ambiance Géophy, et je vous dis à très vite pour une balade au Mont du Fernand 🙂

45_dsc01342
Bureau des pompeurs d’air.
46_dsc_2499-2
Soirée raclette surprise organisée pour l’anniversaire de Quentin en Juillet dernier.

signature2